Les Burelains

Etude burlesque du comportement humain en milieu bureaucratique.

« Celui qui mène la vie du bureau est burelain, comme est châtelain celui qui mène la vie de château. Il est à la fois l’hôte et le maître de cette structure, donc il est aussi l’esclave et le partisan »  Alfred Sauvy dans son livre « la bureaucratie »

SOUPE

POIVERT

LARRIER

COUIQUE

Écriture, mise en scène et scénographie :
Hacid BOUABAYA
Avec :
Barbara MONIN
Bernard DEBREYNE
Willy CLAEYSSENS
Nicolas CORNILLE
Régisseur Lumière :
Pascal LESAGE
Régisseur Plateau :
Amaury ROUSSEL

Costumes :
Francis DEBEYRE et
Annick BAILLET
Univers sonore :
USMAR
Décor :
Anne LEGROUX
Alain LE BÉON
Fanny BELAIR
Prothèses :
Hacid BOUABAYA

Dans le décor suranné et encombré d’une administration quelconque, trois burelains démarrent leur journée de travail : Monsieur Soupe, vieux fonctionnaire enkysté dans les protocoles, Monsieur Larrier, débonnaire mais un brin découragé et Mlle Poivert, secrétaire toujours débordée. Le travail est routinier et perpétuel : ça tamponne, ça remplit des formulaires, ça griffonne dans les dossiers… L’arrivée d’un petit nouveau va bouleverser leur monde… Monsieur Couique, tout jeune burelain plein de bonne volonté fait irruption dans cet univers rationalisé, numéroté et uniformisé. Il fait le rêvede ramener du sens dans cette vie…

«Les Burelains» est une création originale dont le thème est : quel sens peut-on donner à notre travail et à notre vie en général dans une société où revient de plus en plus cette question fondamentale : « A quoi ça sert tout ça ? »
Placée dans l’univers vain et creux de la bureaucratie, où l’absurdité de certaines situations rivalise avec la froideur du système, l’histoire se passe à une époque indéfinie qu’on pourrait imaginer au début du XXème siècle, époque de l’invention de l’administration moderne et de la rationalisation du travail.
« Les Burelains » est un spectacle résolument burlesque, avec un jeu très codifié, presque chorégraphié. Des prothèses et des postiches viennent «pousser» la réalité, en théâtralisant l’humain.
Les inspirations sont multiples. Bien sur, on pense à Courteline, mais aussi à Kafka, Chaplin, Terry Gilliam. Totalement burlesque au début de la pièce, le spectacle évolue progressivement, mêlant poésie, cynisme et dérision.
Les thèmes traités le sont toujours avec humour. L’absurdité des situations et l’humanité des personnages servent l’angle comique du propos.
« Je pense qu’une idée est plus forte si elle est portée au second degré, que les spectateurs se posent plus de questions si on ne les heurte pas. Je ne fais pas ici un pamphlet contre le mal-être au travail mais je pose avec humour quelques questions sur qui nous sommes, quels sont nos véritables choix, en sommes nous les maîtres, ou faisons-nous simplement ce qu’on attend de nous ? »

La Presse : 

Une nouvelle fois, la compagnie Joker fait mouche avec son tout nouveau spectacle écrit et mis en scène par Hacid Bouabaya. D’autant que, cette fois, son théâtre burlesque ne prête pas seulement à rire mais aussi à réfléchir.(…) tous auront adoré ces clowns qui ont, grâce à leur immense talent, su donner corps à l’un des spectacles les plus originaux proposés jusqu’alors par les Scènes mitoyennes.  P. L.(CLP) La Voix du nord

Spectacle tout public à partir de 7 ans – Durée : 1 h 15
Plateau
Obscurité complète impérative
Espace public gradiné

Sol : Plancher noir ou  tapis de danse noir
sur la surface  complète du plateau

Espace de jeu : P/8m O/10m H/5m
Ouverture mini ducadre de scène : 7 m
Ouverture de mur à mur : 10 m
Profondeur mini : 8 m
Hauteur sous perche : 5.5 m
(Fiche détaillée et plan de feu sur demande)

Production : Cie JOKER

Avec les soutiens de l’Escapade d’Hénin Beaumont,
Le Centre Culturel Daniel Balavoine de Arques.

Tel : 03 20 57 64 86 / 06 03 04 15 93
administration@compagniejoker.com
www.compagniejoker.com