La Reine Bla-Bla

tetiere

 

Co-fondatrice de la Cie Joker, Barbara Monin travaille depuis plus de 25 ans en tant que comédienne sur le théatre masqué. On la retrouve dans plusieurs création de le compagnie tel que Jeux de masque (1990), Trétaux (1993/1995), L’heure du Papillon (1996) Le Bourgeois Gentillhomme (2000), Le Cid all’improviso (2003), Les Aventures Extraordinaire du Baron de Münchhausen (2006) ou encore Les Burlains (2014). 
Elle crée également plusieurs spéctacle et notamment « Les Belles Lisses Poires », une adaptation des oeuvres de PEF et henriette Bichonnier (le prince de mot tordu, le roi des bons, le monstre poilus). Professeur de Théâtre, elle anime aussi des ateliers professionnels, amateurs et enfants.

 

En 2011 elle crée le personnages de la Reine Bla-Bla et commence à écrire et raconter des histoires …

 

La Reine Blabla est une grande blablateuse. Elle concocte, tricote et contortille des histoires de loup, d’ogrelets, de père Noël et autres créatures étranges… Adaptant de célèbres contes en puisant dans le réservoir infini de son imagination, elle revisite le patrimoine et voyage travers la région. Forte de son expérience de la scène, les personnages de ses histoires prennent vie. Elle improvise avec le public et rebondit sur l’actualité. Le conte devient une expérience à vivre., plein d’émotion et de surprises.

Mais depuis maintenant quinze ans, elle raconte des histoires chaque soir à ses enfants… puis aux amis des enfants… puis aux classes des écoles de ses enfants ! C’est ainsi que I’envie de créer un spectacle conté est née…

Les spectacles

Les Ateliers à histoires

partager cette passion de l’écriture, lors d’ateliers d’écriture ou d’invention de contes permet souvent aux participants de se réconcilier avec l’ecrit. Que ce soit des jeunes en but avec l’échec scolaire ou de plus anciens à qui l’école a laissé un goût amer, tous sont susceptibles pour peu qu’on les y encourage un peu, de faire preuve de poésie, d’imagination et de talent litéraire. Par ces rencontres, ils se familiarisent avec un geste artistique tout simple mais qui pourtant a bien souvent disparu de leurs habitudes: l’écriture.

 

Pourtant Barbara Monin ne demande jamais à quelqu’un de prendre un stylo pour écrire, l’angoisse de la page blanche pourraise faire trop forte. C’est toujours elle qui rédige et c’est à l’oral et en groupe que les histoires s’écrivent. La somme de toutes ces idées créée des textes originaux où chacun entraine l’autre vers plus d’inventivité. On se lance, on ose, on crée …